SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
29/08/2018

Yannick Germain "Nous sommes les gardiens d’un patrimoine"


Claudine et Yannick Germain, propriétaires de l'auberge au boeuf à Sessenheim (67) sont les gardiens d'un patrimoine légué par l'arrière-grand-oncle, du chef, Guillaume Gillig fondateur en 1889 de l’auberge.
Passionné de cuisine et d’histoire, Guillaume Gillig fit l’acquisition d’œuvres ayant appartenues au célèbre poète Allemand Goethe, relatant son histoire d’amour avec la fille du Pasteur du village Frédérique Brion. Il transféra le musée Goethe au sein de son restaurant.

En 2018, plus que jamais, le couple de restaurateurs porte à la fois l’héritage culinaire, culturel et historique. Pour perdurer, le faire vivre et partager de la manière la plus romantique, cette célèbre idylle sera narrée à travers des objets, tableaux et extraits de poèmes, à découvrir avec élégance et parcimonie, dans les 5 Chambres et Suites de charme qui seront finalisées en septembre 2018.



Claudine et Yannick Germain sont les gardiens d'un patrimoine
Claudine et Yannick Germain sont les gardiens d'un patrimoine
"Lors de mon enfance, je n’y attachais pas d’importance", se souvient Yannick Germain, "mais aujourd’hui, je me sens porteur de cet héritage et avec Claudine nous avons souhaité qu’il soit le fil conducteur des 5 chambres et suites de charme, que nous ouvrons mi-septembre 2018. C’est un retour aux sources pour l’auberge, qui se réconcilie avec le gîte qu’elle donnait autrefois. ( relire )

"Sessenheim doit sa notoriété mondiale et son entrée dans l’histoire de la littérature universelle à l’idylle nouée en 1770. C’est une très belle histoire d’amour qui les a réunis. Lorsqu'il était étudiant à Strasbourg, Goethe rendait souvent visite à Frédérique Brion et des traces de leur amour sont conservées dans le musée familial de la maison. C’est un trésor culturel que nous souhaitons valoriser à la fois pour notre village, mais aussi pour notre région, car l’existence du musée privé, son authenticité et cette curiosité d’être au coeur d’un restaurant, peuvent contribuer à l’attractivité touristique. "

Frédérique Brion la fille du pasteur du Sessenheim fut l'amoureuse de Goethe et sa muse
Frédérique Brion la fille du pasteur du Sessenheim fut l'amoureuse de Goethe et sa muse
D'ailleurs, le musée privé est labellisé "Maisons des Illustres".

Ce label créé en 2011 est détenu par 212 établissements en France. Il signale au public les lieux dont la vocation est de conserver des collections en rapport avec des illustres personnalités et de leur donner une meilleure visibilité.

Pour Yannick Germain, faire vivre et partager la collection qu’expose ce musée revêt en 2018 une nouvelle signification. "Celle de rendre hommage à mon arrière-grand-oncle, qui a laissé une trace de son savoir-faire par la création des chaises de la salle du restaurant, ainsi que la confection des bancs de l’église voisine. Le portrait de ses aïeuls est accroché entre deux armoires, qui feraient le bonheur d’un antiquaire, comme une empreinte laissée dans le présent pour se souvenir de l‘histoire passée. Je voudrais aussi rendre hommage à mon grand-père Wolfgang Sautter qui a poursuivi l'oeuvre familiale et étoffé la collection".

"Conserver et faire vivre le musée Goethe est un devoir", rajoute-t-il. "Je voudrais faire découvrir la dizaine de livres d’or des personnalités qui ont pris place à notre table, dans ce musée et y ont laissé un message. Il y a de nombreux manuscrits, une bibliothèque, la chaire, le coq, la croix de l’ancienne église ainsi que ses bancs de l’époque. Mais aussi des échanges épistolaires entre les deux amoureux, tableaux, portraits et iconographies, objets leur ayant appartenus, des œuvres originales de Johann Wolfgang von Gœthe.

Retour en 1770 à Sessenheim

Yannick Germain; gardien d'un héritage culinaire, culturel et historique
Yannick Germain; gardien d'un héritage culinaire, culturel et historique
En automne 1770, Johann Wolfgang von Goethe, alors jeune étudiant de 21 ans de l'Université de Strasbourg, vient rendre visite, avec son ami Friedrich Weyland, à Johann Jakob Brion, pasteur protestant de la paroisse de Sessenheim. Il tombe amoureux de Frédérique Brion, l'une des filles du pasteur âgée de 18 ans, avec qui il entretient une correspondance, et qu'il vient voir fréquemment à Sessenheim, jusqu'au 7 août 1771, où leur courte idylle de jeunesse se termine, car reçu docteur en droit en août 1771, il doit retourner mener sa carrière à Frankfort.

Mais, le poète ne l'a jamais oubliée, et relate son amour pour la plus "charmante étoile de ce ciel campagnard", dans sa correspondance, dans des poésies, et dans son autobiographie de jeunesse Poésie et Vérité (Dichtung und Wahrheit) qu'il rédige entre 1808 et 1831, en particulier dans le chapitre II 9, III 11 et 12. Frédérique Brion lui inspire également le personnage de Marguerite (Gretchen), une jeune fille pure, séduite par le docteur Faust dans son œuvre majeure Faust (Goethe).

La nature alsacienne qu'il décrit comme un "vêtement vivant de la divinité" l'éblouit. Il s'épanche avec lyrisme dans les "Sessenheimer Lieder" notamment les poèmes comme "Willkommen und Abschied, Maifest, Erwache Friederike, Heidenröslein".

exposition au Musée Goethe à l'auberge au Boeuf
exposition au Musée Goethe à l'auberge au Boeuf
Un premier musée consacré à l’idylle de Goethe et Frédérique Brion est inauguré dans une salle de la mairie de Sessenheim, le 10 août 1895, sur l'initiative du professeur, archéologue et écrivain allemand Gustave Adolf Muller, avec les soutiens de Guillaume Gillig l'arrière grand-oncle de Yannick Germain, et de l’instituteur M. Loux.

En 1893 "l’Auberge au Bœuf " est créée face à l'église luthérienne de Sessenheim, dans une demeure restaurée en 1824.
Après certains désaccords entre la commune et les promoteurs du musée, celui-ci est transféré à l'auberge Au Boeuf en 1899, dont le propriétaire n’est autre que Guillaume Gillig et son épouse Pauline née Sautter. En 1955, à leur décès, le restaurant et le musée sont légués à la famille Wolfgang Sautter (le grand-père de Yannick Germain) qui le rénove entièrement.

une collection de livres anciens s'admire au musée Goethe à l'auberge au boeuf
une collection de livres anciens s'admire au musée Goethe à l'auberge au boeuf
Depuis 1988, c’est leur fille Christiane Sautter-Germain (la maman du chef) qui est la fidèle conservatrice du musée et du souvenir Goethe-Frédérique.
La relève est assurée avec aux fourneaux, son fils Yannick Germain, qui a décroché une étoile Michelin en 2015. Depuis 2005 avec son épouse Claudine, ils font perdurer l'histoire, réhabilitant le terme d'auberge en ouvrant en 2018 des chambres et suites de charme.

Par Sandrine Kauffer
Crédit photos ©Mike Weiss, ©Arviches


Réservations 03 88 86 97 14

L’Auberge au Bœuf
1 rue Église
67770 Sessenheim
03 88 86 97 14
www.auberge-au-boeuf.com

RELIRE



A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 61



Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires