SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
17/09/2009

Positionnement des guides sur les baisses de prix


En juillet à l’issue d’une réunion à Bercy sur la baisse des prix dans la restauration après le passage de la TVA à 5,5% : le ministre du commerce Hervé Novelli avait souhaité que les restaurateurs " qui jouent le jeu " soient signalés par les guides gastronomiques.



Réponse des guides, en substance : "ce n’est pas notre rôle.."

Positionnement des guides sur les baisses de prix
L’idée émise par Hervé Novelli a suscité deux types de réaction dans les guides gastronomiques :

1) Ce n’est pas notre rôle, un guide gastronomique n’est pas au service du gouvernement,
2) Les délais de parution sont de toutes façons trop serrés, pour intégrer cette nouvelle donnée.

Commentaires des patrons des guides gastronomiques

Chez Gault Millau

On souligne que le guide " parle des tendances culinaires et de ce qu’il y a dans les plats ", ce n’est " pas des listings de tarifs ". Patricia Alexandre, la directrice de GaultMillau est claire; " le guide paraissant en octobre, ce n'est pas possible. D'ailleurs, ce n'est pas notre rôle et techniquement, on n’a ni le temps ni les moyens d’interroger 5000 restaurateurs et de vérifier leurs déclarations."
Elle surenchérit : " Nous, notre sélection se fait sur la qualité de l'assiette, de l'accueil et aussi sur le décor et ensuite on s'attend à ce que le prix soit juste ".

En revanche, Bertrand Clavières, directeur général de Gault Millau, ajoute que le site de réservation du groupe GaultMillau travaille sur un projet, qui permettra aux consommateurs de voir les restaurateurs qui ont baissé leur tarifs.

Chez Michelin, diplomatiquement, on dit " avoir pris bonne note" de la demande de M. Novelli, en déclarant sagement " on attend, on va étudier les choses ".
Le guide Michelin, lui paraît en mars. Il lui reste encore quelques mois pour se positonner.

Pour Gilles Pudlowski, chroniqueur au Point et auteur du PUDLO : " Un guide gastronomique n’est pas au service du gouvernement. Ce qui compte pour le lecteur, ce n’est pas de savoir de combien les restaurants ont baissé les prix, (mais) c’est combien ça coûte ".

Marc de Champérard, auteur du guide Champérard, estime lui aussi que signaler les baisses "n’est pas le travail d’un guide gastronomique, d’autant qu’elles ne sont pas une obligation légale, mais résultent d’un accord entre syndicats de restaurateurs et gouvernement ".
Son guide est par ailleurs en cours d’impression.

Le PDG du Bottin Gourmand, Thibault Leclerc, se dit " partant " sur le principe " mais seulement sur le site internet, où il peut y avoir une mise à jour en temps réel ".
Pour la version papier, qui sort le 30 octobre, " pour tous les restaurants qui veulent qu’on mette en avant le fait qu’ils ont baissé leurs prix, on le fera ".

Dans l'ensemble, on se dirige vers un compromis entre ce que les guides estiment devoir être de leurs compétences et les demandes gouvernementales. Les références à la baisse des prix et de la TVA pourrait dans les mois à venir être mentionnées sur les site internet, mais pas dans les guides publiés.

Julien Binz
contact@julienbinz.com


A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 68



Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires