SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
05/09/2018

Madame Marie a rejoint Paul et Jean-Pierre Haeberlin


"Sans elle, l'Auberge ne serait pas ce qu'elle est. Avec amour, elle a veillé à l'harmonie familiale. Elle s'est toujours mise au service des autres" a déclaré sa fille Danielle Haeberlin-Baumann.

La cérémonie d'A-Dieu" de Marie Haeberlin fut escortée d'envolées lyriques, de chants liturgiques et de douces musiques touchantes et réconfortantes. Bienveillante, souriante, au service des autres, à l'écoute, disponible, polyvalente, omniprésente à l'auberge de l'ill, à tous les postes et pour tous, Marie Haeberlin a incarné l'histoire, l'évolution et le succès de ce restaurant renommé dans le monde entier. ]b



Madame Marie lors des 50 ans des 3 etoiles de l'auberge de l'Ill en 2017 ©Cook and Shoot/Nouvelles Gastronomiques
Madame Marie lors des 50 ans des 3 etoiles de l'auberge de l'Ill en 2017 ©Cook and Shoot/Nouvelles Gastronomiques
Marie Haeberlin (née Ittel) est décédée mardi 28/08/18 à l'âge de 92 ans. Epouse de Paul Haeberlin, maman de Danielle Haeberlin-Baumann et Marc Haeberlin, elle a posé les fondations de l'histoire de l'auberge de l'Ill à Illhaeusern (68), 3 étoiles au guide Michelin depuis plus de 50 ans.

Ses obsèques se sont déroulées mardi 4 septembre 2018 à 14h00 en l'Église Saints Pierre-Et-Paul de Illhaeusern (68) en présence de toutes les équipes, les anciens de l'auberge venus nombreux et des amis de la famille venus de toute la France, des Etats-Unis, d'Allemagne ou encore d'Italie.

"Le coeur d'une mère est un cadeau qu'on ne reçoit qu'une fois ! ", a déclaré Danielle Baumann Haeberlin, prenant la parole devant l'assemblée. "Je vous remercie tous d'être avec nous et pour ceux qui n'ont pas pu être présents, avec ma famille nous vous remercions pour vos nombreux témoignages de soutien et d'amour. Merci d'être présents, vous qui l'avez croisée dans le jardin vous qui avez croisé son regard et son sourire. Nous garderons tous, le doux parfum de son amour. Elle était un éternel printemps".

Lecture par Edouard Baumann, son petit-fils

"Dans le silence de ma tristesse, j’entends le doux galop de tes échappés à cheval.
Mamie,Tu es un mythe qui nous quitte à jamais. Mais heureusement, tu nous laisses en héritage un parcours de vie qui inspirera des générations !

Alors je vous invite à faire toute la lumière sur la vie de cette grande dame de l’ombre :
Madame Marie et ses enfants ; Danielle Haeberlin-Baumann  et Marc Haeberlin ©auberge de l'Ill
Madame Marie et ses enfants ; Danielle Haeberlin-Baumann et Marc Haeberlin ©auberge de l'Ill

Marie Itell est né le 04 octobre 1925 à Wihr en plaine dans une famille de paysans bourgeois. La jeune Marie y reçut une éducation bienveillante, proche de la terre et des animaux. C’est ici qu’est née sa passion pour les chevaux, une passion qui ne la quittera jamais.

A l’école, elle était une élève appliquée. Une de ses camarades de classe me témoigna un jour son admiration pour la jeune MARIE qui parcourait plusieurs kilomètres à Vélo, qu’il neige pleuve ou qu’il vente, pour se rendre à l’école à Colmar. Même par les plus durs des hivers, elle était toujours à l’heure et toujours là avec le sourire. On retrouvait déjà les traits de caractère d’une personne hors norme.

C’est après la seconde guerre qu’elle rencontra au mariage de son grand frère Jean Paul, un jeune chef prometteur : Paul HAEBERLIN. Ils se marièrent en 1953, 1 an après l’obtention de la première étoile à l’auberge de l’Ill.
Madame Marie porte dans ses bras Danielle, le jour de son baptême. Monsieur Paul est à ses cotés (costume noir) avec le peintre Roger Mulh. Marc Haeberlin est au centre de la photo (photo archive DR)
Madame Marie porte dans ses bras Danielle, le jour de son baptême. Monsieur Paul est à ses cotés (costume noir) avec le peintre Roger Mulh. Marc Haeberlin est au centre de la photo (photo archive DR)

15 ans plus tard, le restaurant recevra 2 étoiles supplémentaires tout comme le foyer Haeberlin. De leur union naitra Marc en 1954 et Danielle en 1962. Marie était très reconnaissante de la réussite du restaurant, mais le vrai trésor de sa vie restera ses deux enfants pour lesquels elle avait un amour indéfectible.
Il y a quelques jours, quelqu’un me demanda quelle était sa fonction au restaurant à l’époque ? Je ne savais pas quoi répondre.

Au restaurant elle a presque tout fait : elle a commencé en pâtisserie. Elle était chargée des courses du matin. Puis à la caisse et à l’accueil. Elle marqua les esprits avec ses merveilleux arrangements floraux qui ornaient les salles du restaurant pendant des années.

Pourtant elle n’était pas fleuriste, elle n’était pas coursière, elle n’était pas réceptionniste, elle n’était pas pâtissière ou bien même caissière... mais elle était tout cela à la fois et bien plus encore. Quel est le dénominateur commun de toutes ces fonctions ? Il est simple : Être là où on a le plus besoin d’elle. Et à l’image de ses bouquets, on peut dire qu’elle ne faisait pas uniquement son travail par devoir, mais avec un tel amour et une telle intensité qu’il forçait le respect et l’admiration.


Toujours fidèle au poste, même la veille de son hospitalisation Marie, aura toujours autant donné :comme tous les jours elle aura mis et débarrassé la table familiale du zimmerla, comme tous les jours elle aura préparé à manger pour ses chers canards et cigognes, et comme tous les jours elle sera aller les nourrir faisant la joie des clients du jour.

Dans les couloirs on pouvait encore voir les magnifiques bouquets qu’elle avait réalisés pour sa chère chapelle d’Illhaeusern quelques jours auparavant.

Comme tous les jours tu auras œuvré pour ta famille, pour ton restaurant, pour ta paroisse mais plus largement pour les autres avec un grand A. Car oui, que vous soyez un membre de sa famille ou membre de l’équipe du restaurant ou de l’hôtel, que vous soyez client du restaurant ou un simple passant qui cherche un prospectus, ou un livreur à qui on va proposer un café... ou bien même que vous soyez un canard ou une cigogne qui attend sa petite pause gourmande....
Qui que vous soyez, Madame Marie était là pour vous servir.


Alors oui mamie, tu vas nous manquer. Mais on veut se réjouir parce que nous savons que là-haut tu es bien entourée. Tu as rejoint PAUL et JEAN PIERRE, et il était peut-être temps car bien que les assiettes doivent être bien remplies et le service doit être bien supervisé, il devait manquer un peu de couleurs sur les tables célestes.
Merci pour tout ce que tu nous a donné et Adieu mamie."

En narrant son parcours, son petit-fils a souhaité faire toute la lumière sur sa grand-mère lumineuse, restée dans l'ombre.
"Elle avait toujours le sourire et le mot gentil pour tous", dit-il mettant en exergue les "deux trésors de sa vie", sa fille Danielle et son fils Marc, mais aussi l'ensemble des enfants et petits-enfants, tous présents, réunis main dans la main pour lui dire un dernier Adieu.


L’auberge de l’Ill
2 Rue de Collonges au Mont d'Or
68970 Illhaeusern


03 89 71 89 00


Madame Marie a rejoint Paul et Jean-Pierre Haeberlin

RELIRE



A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 69



Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires