SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
11/06/2018

Dégustation de Rieslings du siècle dernier avec Les Grandes Maisons d’Alsace

Publi-reportage


Dans le cadre de la 4ème édition du salon Millésimes Alsace qui se tient les 11 et 12 juin 2018 au parc Expo de Colmar (68) organisé par le CIVA, 4 événements Off ont accueilli les participants (sommeliers, journalistes, prescripteurs, acheteurs) qui viennent de toute la France et de l’étranger. Parmi ces soirées, les Grandes Maisons d’Alsace, présidée par Pierre Trimbach ont proposé une dégustation exceptionnelle, exclusivement réservée aux professionnels, sur le thème « Riesling du siècle dernier.»
Le dimanche 10 juin 2018 au Koifhus à Colmar 25 Rieslings millésimes de 1964 à 2000 ont été dégustés par des nez et palais éclairés.



Dégustons le Riesling du siècle dernier avec Les Grandes Maisons d’Alsace
Dégustons le Riesling du siècle dernier avec Les Grandes Maisons d’Alsace
«C’est une très belle manifestation, qui réunit pour la première fois autant de membres des Grandes Maisons d’Alsace», se réjouit Pierre Trimbach, domaine Trimbach à Ribeauvillé.

«Nous considérons le Riesling comme le cépage emblématique de notre vignoble. La diversité des cuvées servie à cette occasion mettra non seulement en avant la richesse de nos multiples terroirs, mais également le formidable potentiel de garde de nos vins. »

le président des Grandes Maisons d'Alsace a proposé le Clos St-Hune 1990 du domaine Trimbach
le président des Grandes Maisons d'Alsace a proposé le Clos St-Hune 1990 du domaine Trimbach
«Chacun d’entre nous a présenté son plus beau millésime en Riesling. Personnellement j’ai choisi le Clos-St-Hune 1990, c’est le plus grand et le plus mythique », précise-t-il. «C’est aussi le plus renommé dans le monde entier et c’est le premier que j’ai vinifié, j’ai une affection toute particulière pour cette année. Nous avons pour objectif de démontrer que nos vins d’Alsace ont un potentiel de garde et vieillissent extrêmement bien, rajoute-t-il. « Nous avons à coeur de répéter que le Riesling est le roi des cépages et le plus grand vin blanc du monde. Je ne suis pas persuadé que les grands vins de Bourgogne puissent faire la même démonstration », conclut-il.

Nicole Bott du domaine Bott frères à Ribeauvillé, un Riesling 1998, sigillé par la Confrérie St-Etienne
Nicole Bott du domaine Bott frères à Ribeauvillé, un Riesling 1998, sigillé par la Confrérie St-Etienne
Arthur Metz à Marlenheim a mis en avant son Riesling Arthur Metz Grand Cru Brand 1996, La Maison Klipfel à Barr le Kirchberg Grande Réserve 1964, Charles Wantz à Barr, le Grand Cru Wiebelsberg 1996, Emile Bockel son Grand Cru Zotzberg 1990, Albert Seltz à Mittelbergheim son Brandluft 1998, Jean Hauller et fils le Frankstein 1997, La maison Ruhlmann Schutz son Grand Cru Frankstein 2000, Gustave Lorentz à Bergheim a interpelé avec son Grand Cru Altenberg de Bergheim 1987, Bott Frères sa Réserve Personnelle 1998, Robert Faller et Fils à Ribeauvillé le Geisberg 1997, Louis Sipp le grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé 1978, la Maison Trimbach le fameux Clos St-Hune 1990, Dopff au Moulin, le Grand Cru Schoenenbourg 1999, le château de Riquewihr, son Riesling Château de Riquewihr les Murailles 1969, la maison Hugel et Fils, le Jubilée 1997, Pierre Sparr et successeurs le Grand Cru Schoenenbourg 1992, Martin Schaetzel by Kirrenbourg le Grand Cru Kaefferkoppf 1993, également mis en scène par le domaine Jean-Baptiste Adam à Ammerschwihr en Vieille Vignes 1995. La maison Kuehn à Ammerschwihr a proposé le Grand Cru Florimont 1998, Wunsch et Mann de Wettolsheim le Grand Cru Hengst 1996, Leon Beyer d’Eguisheim le Riesling Comtes d’Eguisheim 1988, Zinck du même village, son millésime 1995, la maison Kuentz-Bas le Grand Cru Pfersigberg 1995, Joseph Cattin ses vieilles vignes 1990 et la maison du Clos St-Landelin, son millésime 1998.

Dégustation de Rieslings du siècle dernier avec Les Grandes Maisons d’Alsace
«Cette dégustation était sur inscription et réservée aux professionnels », précise Marie-Paule Sturm Gilardoni. «Nous sommes ravis de l’engouement suscité par cet événement, il y a un véritable intérêt pour les Grandes Maisons d’Alsace et la dégustation de millésimes anciens est un succès. C’est notre premier événement « off » du salon Millésimes Alsace et nous serons ,sans aucun doute ,au rendez-vous lors de la prochaine édition. »

Au centre Caroline Furstoss,  aux extrémités Laure et Jean-Baptiste Adam à Ammerschwihr
Au centre Caroline Furstoss, aux extrémités Laure et Jean-Baptiste Adam à Ammerschwihr
«Nous avons choisi un vin qui a obtenu un Sigille de la Confrérie S-Etienne », mentionne Nicole Bott de retour du japon. Devant sa table, un journaliste du Soleil Levant vient déguster son Riesling Réserve personnelle 1998 de la maison Bott Frères à Ribeauvillé. Nicole Bott lui tend sa nouvelle carte de visite japonaise, ce dernier est conquis.

«Ce fut difficile de choisir un seul millésime. 1998 est très bien équilibré, c’était une année ensoleillée. Nous avons sélectionné le meilleur, celui qui représente le mieux la maison, à la hauteur des connaissances des dégustateurs intéressés et intéressants. »

Eric Zwiebel et Pascal Leonetti sont également venus déguster les Rieslings du siècle dernier
Eric Zwiebel et Pascal Leonetti sont également venus déguster les Rieslings du siècle dernier
Parmi eux, muni d’un appareil photos et de son ordinateurs, le Suisse Yves Bech. «Je suis déjà convaincu des aptitudes de vieillissement des Rieslings. Certains m’ont interpelé, comme celui de la maison Lorentz, en 1987 car le vin est en pleine forme et ne présente aucun signe de fatigue. Son acidité est bien mordante et il fait une belle démonstration que le terroir a une emprise sur le vin», conclut-il se présentant sur le stand voisin.


25 Rieslings ont représenté la variété de nos terroirs et le fort potentiel de garde
25 Rieslings ont représenté la variété de nos terroirs et le fort potentiel de garde
Caroline Furstoss fait escale chez chaque membre constatant que les années 1990 sont majoritairement choisies. «Ce fut une belle décennie en Alsace, il y a eu un creux dans les années 70-80, mais avec quelques beaux contre-exemples comme le Riesling de chez Sipp en 1978 et je suis surprise par le millésime 1964 proposé par la maison Klipfel et 1969 chez Doppf. »


La Maison Gustave Lorentz a proposé son Grand Cru Altenberg de Bergheim 1987
La Maison Gustave Lorentz a proposé son Grand Cru Altenberg de Bergheim 1987

Caroline et Pascal Kieffer avec Jacques Cattin jr et Etienne-Arnaud Doppf
Caroline et Pascal Kieffer avec Jacques Cattin jr et Etienne-Arnaud Doppf

«Notre Riesling 1964 a une belle trame », se réjouit Anne-Sophie Lorentz, «Il a un coté évolué, mais pas oxydatif, conservant une belle fraicheur. Il nous reste environ 200 bouteilles. Nous avons hésité avec les millésimes 1959 et 1961, mais nous estimons que le 1964 méritait d’être connu. Notre plus ancien millésime date de 1921. Il nous reste 4 bouteilles que nous conservons précisément ».


Par Sandrine Kauffer
Crédit photos ©Sandrine Kauffer


Pour les prochains diners rendez-vous sur le site internet www.grandes-maisons.alsace et la page Facebook Des Grandes Maisons d’Alsace pour suivre leur actualité.
Anne-Sophie et son père Marc Beyer (Léon Beyer à Eguisheim) avec Pascal Leonetti
Anne-Sophie et son père Marc Beyer (Léon Beyer à Eguisheim) avec Pascal Leonetti

voir plus de photos en cliquant sur le visuel


RELIRE











A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 60



Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires