"Trois jeunes chefs qui montent " par Gilles Pudlowski


Dans notre revue de presse cette semaine, retrouvez trois chefs mis en lumière dans votre quotidien régional, " Des jeunes qui montent : Trois maisons à (re) découvrir : Le Petit Tonnelier, l'Imaginaire et le Gavroche" par Gilles Pudlowski, chroniqueur gastronomique.


Le Petit Tonnelier, c'est la table conviviale de Vincent Jungmann.

Le Petit Tonnelier à Strasbourg
Le Petit Tonnelier à Strasbourg
Ce pro de salle au look d'éternel jeune homme travailla jadis à l'Auberge Kochersberg de Landersheim au temps de Patrick Klipfel. Il tient, depuis 15 ans, cette petite boîte savoureuse revue moderne dans sa rue gourmande. Tandis que Damien Muller, formé au Cerf de Marlenheim, s'affaire à cuisiner léger et fin sur une partition " ménagère " de son temps.

On aime l'œuf mollet au foie gras et jus de viande cuit en cocotte Staub, le pavé de lieu jaune rôti avec sa purée de pois chiche aux herbes, comme le rognon de veau au porto flanqué d'exquis spaetzle au fromage blanc. On ajoute le macaron à la crème de pistache et sa soupe aux griottes, plus une crème brûlée aromatisée finement à la vanille qu'escortent de jolis brownies au chocolat. Voilà une demeure à reconnaître et à encourager. D'autant que les prix ont su garder raison et que les deux menus sont quasiment donnés.

Restaurant Au Petit Tonnelier
16 Rue des Tonneliers
67000 Strasbourg
03 88 32 53 54
www.aupetittonnelier.com/



L'Imaginaire à Schiltigheim avec Alexandre Ludwig

Dans une rue gourmande de Schiltigheim (Il Ristorante, belle table italienne du moment, se trouve à deux pas), Alexandre Ludwig, qui a travaillé en cuisine au Jardin de France à Baden-Baden et chez Bareiss à Mitteltal, a créé l'Imaginaire, faisant d'un ancien bar anodin un lieu affable, plaisant, moderne, avec ses murs, solives et poutres, revus en blanc, sa terrasse, ses tables marrons, ses fauteuils confortables.
"Trois jeunes chefs qui montent " par Gilles Pudlowski

En cuisine, Didier Merzisen, que l'on connut alors qu'il officiait à l'Ami Fritz d'Éric Khun, rue des Dentelles, au cœur de la Petite France (c'est devenu, depuis, le très fusion Umami), joue la " gastronomie soignée à prix modérés", comme on dit chez Michelin.

Les menus à l'ardoise ont belle mine et la carte donne envie de faire étape. Fine tranche de foie gras relevé de piment d'Espelette, joli et frais pressé de fromage blanc aux poivrons grillés d'esprit sudiste et un brin estival, frais espadon cuit au sésame avec sa fine compotée de fenouil, rustique mais chic rognon de veau servi entier à la moutarde de moût de raisin sont des mets de ciseleur.

Restaurant L'IMAGINAIRE
18, rue Principale
67300 SCHILTIGHEIM
03 88 62 43 38
www.limaginaire.fr/


Nathalie et Benoit Fuchs : le Gavroche à Strasbourg

Une cuisine sudiste de belle précision, les Fuchs, Nathalie et Benoît, sont eux, depuis 20 ans déjà, les " jeunes qui montent " de la rue discrète. Ils ont déplacé il y a trois ans leur Gavroche, ne servent qu'une vingtaine de couverts, font le plein facilement dans un cadre sans chichi, pratiquant des prix à la carte qui sont ceux d'un restaurant étoilé et une cuisine en conséquence.
Le Chef Benoit Fuchs dans la salle du restaurant Le Gavroche à Strasbourg, photo dna Bernard Meyer
Le Chef Benoit Fuchs dans la salle du restaurant Le Gavroche à Strasbourg, photo dna Bernard Meyer

Bref, on se demande ce qui empêche le Michelin de poser là son macaron. Benoît, qui a du métier - il a œuvré au Buerehiesel, au Cerf de Marlenheim, à la Cheneaudière de Colroy, au Rosenmeer puis au Kong Hans de Copenhague du temps de l'Alsacien Daniel Letz - est désormais relayé en cuisine par son fils Alexis, 22 ans, qui réalise la pâtisserie avec dextérité et a pratiqué, lui, le Croco et le " Bubu ", avec Éric Westermann.

Ce qui se trame là ? Le délicieux, l'exquis, le frais du moment. Ainsi, ce velouté d'asperge au cappuccino de parmesan avec son jambon de San Daniele croustillant ou ce rouget en filet doré à la fleur de sel avec une tranche d'aubergine marquée au grill, plus roquette et coulis de poivron en guise de fins hors d'œuvres. Ou encore ce turbot meunière avec petits pois et girolles fraîches, ce bar de ligne avec fine ratatouille à la fleur de thym, mousseline de pois chiches au sésame et jus de volaille qui composent une cuisine sudiste de belle précision.

On ajoute les jolis desserts (tartelette crémeuse au citron vert avec sorbet citron/thym, mille-feuille aux deux chocolats avec glace vanille de Madagascar) plus des vins de choix parfois insolites (muscat de Zeyssolf à Gertwiller, Clos du Val d'Eléon, unissant pinot gris et riesling, signé Marc Kreydenweiss à Andlau ou rouge gardois du même vigneron poète). Bref, une maison qui ne vieillit pas, mais demande la reconnaissance."

Restaurant Gavroche
4, rue klein 67000 STRASBOURG
Tél. : 03 88 36 82 89
www.restaurant-gavroche.com/


Un article signé Gilles Pudlowski


Un article publié dans le Reflet des Dernières Nouvelles d'Alsace, le 26/06/2010









A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 11

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires