Tavernes de charme par Gilles Pudlowski


Cette semaine dans notre revue de presse, Gilles Pudlowski nous présente trois tavernes de Charme : le Caveau du Vigneron à Turckheim, le S'Bastberger Stuewel à Imbsheim et l'atelier du goût à Strasbourg.
Trois lieux de séduction, entre simplicité et gourmandise.


Le Caveau du vigneron à Turckheim (68)

Tavernes de charme par Gilles Pudlowski
Ils sont depuis trois décennies les charmeurs de Turckheim.
Malou et Coco Helschger tiennent avec science le Caveau du Vigneron qui n'est pas seulement un lieu savoureux, mais une petite pépite au sein d'une commune vigneronne gagnée par le grand tourisme.

Tandis qu'à côté de chez eux, les enseignes changent, proposant, trop souvent, des menus bas de gamme pour attirer le chaland, eux, continuent imperturbablement leur registre alsacien de qualité.
On allait oublier que leur cadre est tout charme, avec ses vitraux en tessons de bouteilles, ses recoins, ses jolis tableaux, dont cette toile de Pabst digne d'un musée.

On ajoute que Malou est le sourire même en salle et que tout ce que mitonne Jean dit Coco est sans défaut.
Tourte de la vallée, salade de cervelas, escargots à l'alsacienne, jarret braisé à l'ancienne ou kassler en croûte au raifort se goûtent comme à la parade.
On y ajoute les suggestions du jour (duo de foie gras et confit de fruits ou filet de veau aux girolles fraîches, le jour de mon passage), plus la plantureuse table des desserts, le kougelhopf glacé et les vins du vigneron François Baur, propriétaire de la demeure, dont le gouleyant riesling Langenhald, à 21 €, passe comme une lettre à la poste.

Le S'Bastberger Stuewel à Imbsheim (67)

Tavernes de charme par Gilles Pudlowski
A Imbsheim, le S'Bastberger Stuewel est la taverne de charme d'Anny Reixel, qui tient la demeure avec un dynamisme rare depuis quelques trente ans.
La crème renversée est digne de grand-mère

Le lieu coloré est croquignolet, avec ses inscriptions en dialecte fantaisiste aux murs qui permettent au visiteur de ne jamais s'ennuyer en lisant les vieux proverbes offerts à tout vent. Les tartes flambées, avec leur pâte craquante et leur crème épaisse, sont délicieuses, dans toutes leurs versions (nature, gratinée, aux myrtilles).

Le fiston Reixel, qui a notamment fait ses classes au Kochersberg de Landersheim, a la haute main sur une cuisine bellement rénovée. En revanche, il pourrait franchement l'avoir plus légère et nettement plus fine, même si ce qu'il propose sur un mode ménager et campagnard est la générosité même. Belle tête de veau dans son bouillon, mais pied de porc farci de façon grossière -au point qu'on se demande de quoi est faite la dite farce-, fleischnacke, dits ici nuddelschnacke avec crème, lardons, croûtons, franchement un peu mastoc, jouent le chaud et le froid.

La salade servie en sus est fraîche est joliment assaisonnée, alors que les pommes sautées sont plus ramollies que croustillantes. Même reproche pour les desserts entre le registre " maison " et le " tout prêt " venu d'ailleurs. La crème renversée est digne de grand-mère, la mousse au chocolat industrielle, la coupe alsacienne (glace vanille, sauce chocolat, griottes) gentillette. Mais le lieu est adorable. Le service d'Anny, relayée par sa charmeuse belle-fille, comme les bières et le pinot noir signés Haag de Météor, sont des invites à la fête sans compter.

L'Atelier du Goût à Strasbourg (67)

Tavernes de charme par Gilles Pudlowski
Taverne moderne, comptoir de charme, bistrot "ultra gourmand " : c'est l'Atelier du Goût des Morabito.

On les connut au Gourmet sans Chiqué, revu en Panier du Marché. Esther accueille avec précision et prestance, conseillant vins et mets avec talent. Pascal, qui travailla à Paris chez Alain Dutournier,François Clerc et Michel Rostang, possède idées, de la science, de la malice et du métier.
Tout ce qu'il sert, à travers sa carte changeante, son ardoise du jour, son menu quotidien, vaut l'éloge.
Le risotto au riz noir, les petits gris aux crosnes et jus chlorophyllé, la fine de galette de pomme de terre au boudin noir, comme le merlu en Rossini au foie gras et mijoté d'épeautre ou la tartelette de rouget aux gambas et gingembre avec mêlée d'endives et clémentines font des instants choisis, vifs et séducteurs. Et les desserts n'échappent pas à la magie : panettone poêlé avec crème glacée picon-bière et coulis de poire ou ananas caramélisé au beurre vanillé avec sa fine pâte sablée et sa glace aux baies roses sont proprement à fondre.

Ajoutons les vins choisis (superbe gewurz Zotzenberg grand cru signé Rieffel à Mittelbergheim, surprenant médoc château Charmail, la demie en 2004 à 25,50 €).

Bref, voilà un atelier gourmand qui pourrait bien glaner une étoile chez Michelin en mars prochain.

Après tout, celui de Jean-Luc Rabanel à Arles en possède deux sur le même mode, créatif, moderne et sans ornière.


Gilles Pudlowski

Article publié dans le Reflet des Dernières Nouvelles d'Alsace Edition n°278 du 23.1.2010 au 29.1.2010



Caveau du Vigneron, 5 Grand Rue, 68230 Turckheim

Restaurant S'bastberger-stuewel, 146 rue Principale, 67330 Imbsheim

L’atelier du goût - 17, rue des Tonneliers - 67000 Strasbourg,www.atelier-du-gout.fr/
contact@atelier-du-gout.fr



Julien Binz
contact@julienbinz.com









A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 11

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires