Mike Germershausen travaille en "one man chaud"


Dans le Point, cette semaine, Gilles Pudlowski nous emmène à l'Auberge Hueb à Marckolsheim ( 67)


 Mike Germershausen travaille en "one man chaud"
On l’a connu à l’enseigne de Blanche-Neige à Labaroche, sous la houlette du gourmet, industriel de Colmar, Daniel Ertz. Le voilà chez lui, dans la discrétion, dans une ancienne ferme-auberge du Ried, à la sortie de Marckolsheim, au bord du Rhin. L’arrivée ressemble à un jeu de piste. Mais le bonheur est là.

Natif de Hanovre, formé chez les grands (André Jaeger au Fischerzunft de Schaffhouse et chez les Haeberlin, à L’Auberge de l’Ill, Mike Germershausen joue la cuisine du temps présent, mêlant avec malice les produits d’ici, les légumes des proches maraîchers, les poissons de Rungi Est, des viandes délicates à des épices fines d’origine asiatique et particulièrement chinoise.

On citera ainsi l’amusante " explosion de gambas", genre dim-sum au saké, avec ses légumes façon antipasti à l’italienne et sa sauce tzatziki, à la grecque : un sacré voyage en une seule entrée légère. On y ajoutera les noix de saint-jacques poêlées avec nouilles japonaises de sarrasin Somen et wok de légumes au sésame, ses champignons. Ou encore le dos de cabillaud juste saisi avec ses croquettes de presskopf et salade quinoa, betterave rouge et granny smith plus une émulsion de crustacés.

Le morceau de bravoure ? Le foie gras de canard poêlé avec sa mousseline de potiron et son caramel de porto en réduction : fin, vif, frais. D’ailleurs, tout ce qui se propose là est fraîcheur même, légèreté franche et finesse. Le lieu est simple, avec ses murs de pierre, ses quelques tables sans nappe, son coin desserte apparent. On s’y sent vite comme chez soi. Les toilettes y sont design et luxueuses. La carte des vins est courte, mais avec plein de bonnes surprises, comme de jolis alsaces proposés au verre, en direct de la cave de Turckheim, un riesling badois frais et naturel ou encore un joli rosé de Cazes, en Roussillon.

On ajoute le service complice. Plus les desserts joliment vus sur un mode digeste. Comme la crème de cappuccino avec son sorbet à la noix de coco et sa crème de café Kalhua. La bonne surprise du lieu ? Des menus adorables qui permettent de faire le tour de la question sans risquer la ruine. Trois plats à 25 euros ou cinq plats à 41 euros, sans oublier la carte blanche au chef avec 4 verres de vin à 56 euros : voilà qui fait une belle affaire à saisir. Et un événement à suivre et à découvrir.

Menus : 25, 41, 56 euros (vins c.).

Auberge de la Ferme Hueb, 6, rue de la Hueb, Marckolsheim (Haut-Rhin). 03.88.57.03.10, www.auberge-ferme-hueb.com

LA TABLE PAR GILLES PUDLOWSKI
Publié le 14/01/2010 Dans le Point N° 1948 Le Point


RELIRE

Du cote de chez Mike par Gilles Pudlowski

Mike Germershausen reprend la ferme Hueb à Marckolsheim


Julien Binz
contact@julienbinz.com









A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 11

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires