Les projets " fous " de Philippe Bohrer


Dans notre revue de presse cette semaine, nous retrouvons une nouvelle fois Philippe Bohrer. L'homme d'affaire, restaurateur, chef étoilé se lance sans relâche dans de nouveaux projets.


Philippe Bohrer tenant la presse à canard du crocodile. Photo Dominique Gutekunst
Philippe Bohrer tenant la presse à canard du crocodile. Photo Dominique Gutekunst
Le chef doublement étoilé de Rouffach et de Strasbourg poursuit sa constitution d’un groupe d’hôtels-restaurants alsaciens : après le rachat du Crocodile, d’autres acquisitions se profilent.

Un an après avoir repris le Crocodile à Strasbourg, qui a récemment décroché une étoile, faisant de son chef, Philippe Bohrer, le seul cuisinier ayant deux restaurants étoilés en Alsace, l’ancien cuisinier de Valérie Giscard d’Estaing et de François Mitterrand a des projets plein la tête.


Redonner trois étoiles au Crocodile


" Je suis en train de finaliser le rachat du Carré de Mulhouse, de deux restaurants à Colmar et d’un restaurant, mais aussi d’un hôtel à Strasbourg" , confie-t-il. Ces projets devraient être définitivement bouclés pour la fin de l’année car le cuisinier alsacien ambitionne de « conquérir dès l’an prochain une seconde étoile » pour le Crocodile. " Il est dimensionné pour cela ", glisse-t-il.

Il se donne huit ans pour parvenir à la récompense suprême pour cette emblématique table alsacienne : lui redonner ses trois macarons au Michelin. " Ce dimensionnement rend le Crocodile non rentable financièrement pour l’instant ", concède-t-il : le nouveau propriétaire y a injecté 300 000 € l’an dernier et va investir 200 000 € cette année.


Les projets " fous " de Philippe Bohrer
Parmi les projets " fous " — c’est son expression — figure la réalisation, si les fondations et les structures du bâtiment le permettent, " d’un jardin suspendu au-dessus de la verrière du Crocodile, afin d’offrir, pour 2011, une terrasse aux clients " de l’établissement étoilé strasbourgeois. Une maison qui a déjà changé de look grâce à la patte de sa femme, qui s’est investie dans la décoration.


45 sociétés en Alsace

Contrairement à son prédécesseur, Émile Jung, il n’entend pas poursuivre les menus thématiques (" Europa ", " TGV ", "Victor Hugo "…). Il souhaite inviter " des grands chefs, mais également de jeunes cuisiniers réputés, à venir travailler durant une semaine pour les clients du Crocodile. Une opération qui pourrait se réaliser trois à quatre fois par an ", détaille-t-il.
Premières pistes évoquées : celle d’un maître queux italien et surtout, la venue du chef Pierre Gagnaire.


Philippe Bohrer est à la tête d’une quinzaine d’établissements en Alsace — il a créé ou repris quelque 45 sociétés dans notre région — et confie sa passion pour les sports (football, hand-ball, escrime), qui le fait s’atteler au soutien de clubs, dont le Racing Club de Strasbourg. " Mon implication dans le tourisme me fait regretter que nous n’ayons pas un grand club de football dans la région ", glisse-t-il au passage…


Un article de Alvezio Buonasorte et publié le 16/04/2010 dans l'Alsace


Sur la photo, Philippe Bohrer a ressorti du grenier du Crocodile la presse à canard qui permet au restaurant de pouvoir proposer cette exclusivité régionale : un canard au sang.Philippe Bohrer tenant la presse à canard.


RELIRE

Philippe Bohrer ; à la source de son talent









A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 11

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires