Le 14 Juillet (Strasbourg) fait sa révolution de palais


Au 14 Juillet à Strasbourg, c'est la fête tous les jours. Celle de la fraîcheur et de la saveur. Le Chef, Christophe Hamm, épicurien dans l'âme, n'en est pas à un feu d'artifices près... avec la complicité des 3 autres associés Fanny Fuchs, Stéphane Wernert et Régis Geiger.

Le chef promène sa bonhomie et sa bonne humeur dans les rues de Paris. A cette différence près : ce petit Paris a son adresse à Strasbourg (route de l'Hôpital militaire à l'angle de la rue de Lucerne) et tous les jours on y célèbre Le 14 Juillet.


«Il y a encore tout à prouver, mais depuis deux ans on a déjà fait un bon petit bout de chemin. De toute façon, le bouche à oreille est notre meilleure publicité », observe Christophe Hamm, 34 ans, qui a obtenu l'an dernier le titre de maître-restaurateur.

Ce bistrot chic cultive son cachet parisien à travers une décoration (toits, lampadaires, rues, dessins) qui lui donne un petit air de Montmartre ou de la Place du Tertre tout en proposant une cuisine traditionnelle goûteuse et de qualité.

De G à D : Fanny Fuchs, Stéphane Wernert, Christophe Hamm et Régis Geiger
De G à D : Fanny Fuchs, Stéphane Wernert, Christophe Hamm et Régis Geiger
Précédemment Chef de cuisine au Café de l'Opéra, qui distille aussi une ambiance parisienne des années 30, Christophe Hamm mûrit ce projet avec Stéphane Wernert, le patron. Ils décident de se lancer dans l'aventure du 14 Juillet en compagnie de Fanny Fuchs et de Régis Geiger qui en devient le gérant.

« C'est une belle aventure humaine », s'enthousiasme Stéphane Wernert. En compagnie des trois autres mousquetaires (Régis Geiger, Christophe Hamm et Fanny Fuchs), ces fines lames de la restauration, de la communication et de l'animation lancent le 14 Juillet en 2014. « Mais il faut rendre à César ce qui lui appartient : c'est Régis, le gérant, et Christophe, le Chef, qui font tout le boulot au quotidien. Ce restaurant, ils le tiennent à bout de bras.» Mais le « Un pour tous et tous pour un » ne se dément pas puisque Stéphane et Fanny interviennent ponctuellement sur l'administratif, l'animation et la com'. «On vient même donner un coup de main au bar ou au service quand ils nous appellent... »

Au départ, Stéphane Wernert et Régis Geiger sont deux amis d'enfance. Le premier est le patron de l'Opéra Café et du Café du TNS à Strasbourg, tandis que le second, gestionnaire de métier, a beaucoup œuvré dans des opérations humanitaires avec Médecins du Monde, notamment.
« On se revoyait souvent à Paris pour prendre un verre à la Butte Montmartre ou sur la Place du Tertre, raconte Stéphane. C'est cet univers, ce lien affectif avec nos souvenirs qu'on a souhaité reconstituer dans l'ambiance du 14 Juillet. »

Quant au futur Chef du 14 Juillet, il est juste à côté derrière les fourneaux de l'Opéra Café. « Christophe est un passionné, plein d'entrain avec beaucoup de charisme », souligne Stéphane. Les quatre ami(e)s n'ont pour l'instant pas d'autres projets en tête. « On a surtout envie que Le 14 Juillet arrive très vite à maturité et qu'il devienne un lieu de référence. »

Mais au fait, pourquoi Le 14 Juillet ? « Il n'y a aucun établissement de ce nom à Strasbourg et un seul à Paris, comment Christophe Hamm. En plus, ça apporte un petit côté festif et c'est lié à une date importante, symbole de la Révolution française. Elle a marqué notre histoire et même encore plus que cela, malheureusement, après tout ce qui s'est passé à Nice. »


A l'époque, le lieu est un ancien garage auto désaffecté. Il sera détruit et en dessous de l'immeuble nouvellement construit en 2014, le restaurant a trouvé sa place. Même si l'établissement échappe au cœur de la Krutenau, l'un des plus pittoresques quartiers de Strasbourg.


« Le 14 Juillet est situé autour de tout, notamment de la Cité administrative, de la CPAM du Bas-Rhin et de l'Université, mais ce n'est pas forcément un lieu de passage à pied. Ce qui ne constitue pas un obstacle pour autant puisque notre ligne de conduite n'est pas de devenir une usine à touristes. Ici, tout est fait maison avec des produits de saison. C'est sur la qualité que nous souhaitons fidéliser la clientèle. »

le chef Christophe Hamm est Maitre-Restaurateur
le chef Christophe Hamm est Maitre-Restaurateur
Et on peut compter sur Christophe Hamm pour ouvrir la boîte à gourmandises. Très tôt, il a pris son baluchon pour emmagasiner de l'expérience et du vécu. Des cuisines marines d'un chasseur de mines où il faisait la popote pour 50 membres d'équipages au piano étoilé du Jardin de France à Baden-Baden (1*), ce jeune Chef de 34 ans a beaucoup appris, mais surtout beaucoup retenu. Au gré de ses pérégrinations, on peut relever d'autres établissements : Au Saumon à Wasselonne, La Carpe d'Or à Saverne, l'ouverture du Gourmet à Marmoutier, La Nouvelle Poste, Public House et le Raven Café à Strasbourg.

Le Burger au pain blanc du boulanger
Le Burger au pain blanc du boulanger
Après avoir voulu dans un premier temps verser dans le gastronomique, le Chef est revenu à une cuisine plus traditionnelle. «Un magret relevé avec une sauce à la fraise, ça bouscule les à-priori et ça fait un peu peur au consommateur. J'ai vite compris qu'il me fallait revenir à du plus classique », regrette-t-il un peu.

Ce qui n'empêche pas cet excellent saucier de réserver de jolies surprises à sa clientèle à travers quelques-unes de ses créations : le maxi cordon bleu de 1,3kg à la sauce camembert « tellement douce qu'on peut en reprendre plusieurs fois», le magret de canard à la sauce à l'orange, le risotto de fruits de mer à la provençale (noix de St-Jacques, crevettes, moules fraîches poêlées et déglacées à la crème avec la sauce du Chef), le carpaccio de faux filet mariné à l'huile d'olive et servi en croûte d'herbe ou l'île flottante de légumes avec trois variations de petits pois (velouté, Chantilly assaisonnée et coulis).

pâtes aux girolles
pâtes aux girolles
Ayant participé au concours de la meilleure bouchée à la reine et du meilleur magret de canard farci, Christophe Hamm aime bien "mélanger les textures et les saveurs. Mais attention, on ne peut pas faire tout et n'importe quoi. Il faut respecter les associations et garder une certaine cohérence.", souligne-t-il.

Patrick Schwertz


Restaurant Le 14 Juillet
1b route de l'Hôpital militaire (à l'angle avec la rue de Lucerne)
67000 Strasbourg
03 88 35 09 74
Plat du jour du lundi au vendredi midi (9€), entrée + plat (11€), entrée + plat + dessert (15€)
Salle de 65 couverts, terrasse d'été de 30 places

www.restaurant-le14juillet.fr

RELIRE


une terrasse de 30 places
une terrasse de 30 places









A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 53

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires