LE GRUBER : Une ambiance typique et chaleureuse


Notre partenaire le magazine mensuel de chasse et de nature, "La Chasse en Alsace" n° 116 (janvier 2013) a publié un article sur Le Gruber à Strasbourg, membre du groupe Les restaurants Alsaciens.

"C’est à deux pas de la cathédrale de Strasbourg, dans une bâtisse de style Renaissance classée au Patrimoine culturel de la ville et donnant sur l’étroite et pittoresque rue du Maroquin, que l’on trouve le restaurant
Le Gruber.


ans la salle principale, affiches et objets publicitaires alsaciens côtoient les tableaux d’artistes locaux.
ans la salle principale, affiches et objets publicitaires alsaciens côtoient les tableaux d’artistes locaux.
Cette charmante petite adresse du cœur historique de la capitale alsacienne a vu passer de nombreuses personnalités locales, nationales comme internationales. On y sert toute la palette des bons petits plats, qui font la fierté de notre région, dans un cadre chaleureux et typique.

Durant la période hivernale, Le Gruber ne désemplit pas. Dès les premiers frimas, on vient s’y serrer
au coude à coude et dans la bonne humeur pour goûter de bons petits plats, fidèles à la tradition. Car le Gruber c’est d’abord un cadre chaleureux, "heimlich" pourrait- on dire, tant l’atmosphère et la décoration font de ce lieu un véritable petit concentré d’Alsace. Il faut dire que rien n’a été modifié ou presque depuis le changement de propriétaire en 2008 et que l’ancien patron de cette enseigne, Roland Dieterlé, était antiquaire et chineur patenté.

Des salles en l’honneur de Tomi Ungerer et de Germain Muller.
Des salles en l’honneur de Tomi Ungerer et de Germain Muller.
À l’intérieur, les affiches et objets publici- taires alsaciens côtoient les tableaux d’artistes locaux, les bibelots et les lithographies de Tomi Ungerer, à qui est dédiée une salle où l’Association des amis du maître de l’illustration tient son stammtisch mensuel. Juste à côté, c’est une autre grande figure d’Alsace aujourd’hui disparue, Germain Muller, à qui est consacrée une salle de 50 couverts. C’est dans ce petit salon, où sont épinglés articles de presse et affiches de ses pièces, que le fondateur du cabaret "De Barabli" travaillait ses sketchs avec sa petite troupe. La salle du rez-de-chaussée, coiffée de larges poutres et surplombée d’une confortable mezzanine, s’habille de nappes de kelsch, dont le traditionnel tissu rouge et blanc coiffe également les abat-jours. Avec un caveau à l’ambiance plus intimiste, le restaurant dispose au total d’une capacité de 235 couverts.

Alain Diebold, responsable du Gruber
Alain Diebold, responsable du Gruber
C’est en 1995 que le chef Lionel Vieillard rejoint les restaurants de l’ancien propriétaire, prenant d’abord ses services dans le restaurant voisin du Gruber, Il Journale. Durant son apprentissage, ce diplômé de l’école hôtelière de Verdun, passe par l’Auberge du Cheval Blanc à Le Thillot dans les Vosges, où il apprend tous les rudiments d’une cuisine entièrement faite maison et à partir de produits frais. Il y reviendra ensuite en tant que chef de cuisine en 1990. C’est en 1989, durant son service militaire, que Lionel découvre l’Alsace, alors qu’il est cuisinier au camp d’Oberhoffen. Mais c’est en 2002, lors d’un stage de perfectionnement auprès d’Hubert Maetz, chef du restaurant étoilé Le Rosenmeer, qu’il apprend la cuisine de terroir alsacienne.

LE GRUBER : Une ambiance typique et chaleureuse
À la carte, on trouve donc toute la palette des spécialités qui font la réputation de la région comme le Kassler en croûte à la strasbourgeoise accompagné de sa salade de pommes de terre et son raifort doux la tourte vigneronne ou encore le poulet au Riesling. La choucroute est déclinée à travers différents plats qui mettent à l’honneur le chouchou de la gastronomie alsacienne : en poêlon, accompagné de ses viandes fumées et späetzle, aux trois poissons ou bien encore selon la coutume de la recette strasbourgeoise. Parmi les viandes, et dans la tradition française, notons le filet de bœuf rôti et sa sauce au Pinot Noir accompagné de son gratin dauphinois ou bien le magret de canard poêlé.

Au printemps, la carte fait place à une délicieuse Souris d’Agneau, qui vient remplacer un non moins sympathique civet de biche ou de sanglier provenant des chasses alsaciennes. Parmi les entrées, n’oublions pas les spécialités de la maison, comme la tarte à l’oignon, le foie gras entièrement réalisé sur place, ou encore le traditionnel presskopf.

LE GRUBER : Une ambiance typique et chaleureuse
À toute heure, le restaurant sert aussi de savoureuses tartes flambées, préparées sous les yeux des convives. Pour le dessert, on se laissera tenter par une tarte aux fruits, un vacherin glacé "préparé comme jadis" ou encore par une délicieuse forêt noire "maison". Bon appétit !

Par Guillaume Layahe
Crédit photos ©Boris Selke



Le Gruber
11 rue du Maroquin 67000 Strasbourg
Tél.: 0388322311.
www.legruber.com
Menu Tradition à 25,90 €. Formule tartes flambées à 15,50€


Retrouvez cet article dans le magazine " La Chasse en Alsace n° 116, janvier 2013 En partenariat avec le Journal de Julien Binz









A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 11

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires